MENU

vendredi 3 juillet 2020

Abatage à la ferme : campagne de financement participatif



Parmi les éleveureuses et producteurices de viande du collectif, beaucoup militent pour l'abatage à la ferme. C'est le cas de Sébastien Pageot, par exemple, dont vous venez de lire l'annonce, mais aussi de nombreux autres. Voici le témoignage de Lucie Maritaux, productrice de viande bovine et membre du C.A.

"Je fais partie de l'association AALVie, Abattage des Animaux sur leur Lieu de Vie. Nous souhaitons accompagner nos animaux de leur naissance à leur mort, sur nos fermes… leurs fermes. Au-delà du respect de nos animaux, c'est également le respect de toutes les personnes concernées : éleveurs.euses, abatteurs.euses et consommateurs.trices.

En ce qui concerne ma petite expérience d'éleveuse, je vis assez mal le faire de me faire déposséder de cet instant de vie de mes animaux, la mort faisant partie intégrante de la vie. J'ai comme la sensation de les envoyer dans un trou noir, sans savoir ce qu'ils vivent exactement... En imaginant leur stress. Je me bats au quotidien pour leur offrir une vie qui me semble belle et respectueuse de leur nature. Je ressens le besoin d'aller jusqu'au bout, pour les accompagner dans la dignité et le respect qui leur ait du. 

Depuis 3 ans, mes collègues ont mis beaucoup d'énergie, de temps et de moyens financiers pour enfin faire émerger une telle démarche. Moi je prends le train en marche, n'étant installée que depuis peu. Maintenant que les bases sont solides, nous sommes prêts à concrétiser. Vous en trouverez le contenu sur notre site internet : https://aalvie.wixsite.com/aalvie."

AALVie a lancé une campagne de financement participatif avec le site internet Miimosa. L’argent collecté nous permettra de recruter une équipe compétente (chef de projet, bouchers…) pour finaliser la mise sur pied d’une structure dédiée. Grâce à ce futur dispositif, mes animaux et moi, resterons ensemble jusqu’au bout.

Ce site est sécurisé, et aide les projets en lien avec notre agriculture et notre alimentation. Nous savons que vous êtes nombreux à soutenir ce que nous osons construire aujourd’hui."

Pour concrétiser votre soutienc'est ici

A noter que le CA du Collectif a décidé d'une participation financière importante pour ce projet (je vous donnerai le chiffre la prochaine fois car il fallait faire les comptes et l'important, maintenant, c'est de passer l'info).

Sur les conditions de travail en abattoir industriel, France 2 a diffusé il y a peu une émission "Infrarouge : Les damnés des ouvriers en abattoir".

Le replay est disponible jusqu'au 8 juillet ICI

mercredi 3 juin 2020

Après le confinement

L'actualité du CA

La nouvelle équipe du Conseil d'Administration, élue le 8 mars a enfin pu se réunir.  Elle est composé de : Mélissa et Maude, du dépôt de Soullans ; Marco , du dépôt de Beauvoir ; Hielke, Marcos, Jean-Pierre et Jean-Michel , du dépots de la Barre de Monts,  France et Lucie, du dépôt de St Jean de Monts, Christophe, Matthieu, Louise et Aline du dépôt de bois de Cené.  Ya personne du dépôt de Saint Hilaire, mais on a des nouvelles par Sophie et Maude.

Les projets sont nombreux, et il n'est pas facile de se réorganiser, après le confinement, après le départ de Perrine, qui en plus de savoir tout faire, avait une grande connaissance des enjeux de biodiversité sur  le territoire que couvre le Collectif.

Le C.A a géré la poursuite de l' activité des dépôts pendant le confinement  et nous sommes contents d'y être arrivé, contents d'avoir pu continuer à soutenir les producteur.ices en leur permettant de vendre leurs productions, contents d'avoir permis aux adhérents de manger des produits qui en plus d'être sains sont le vecteurs du projet du Collectif . 

Durant ces 8 semaines, le nombre d'adhérents s'est considérablement accru. C'est encourageant car on se dit que cela correspond à une prise de conscience de la nécessité d'un changement de mode de vie. Mais cela rend encore plus sensible un certain nombre de limites auxquelles se heurtait le collectif auparavant. Le travail de "gestion" des dépôts, travail complexe et constant, est rendu encore plus chronophage du fait de l'augmentation des adhésions. Certains dépôts atteignent leur limite de fonctionnement. Les questions de l'essaimage, de la recherche de nouveaux lieux de dépôts se posent. La question de l'implication de toustes aussi.  Le Collectif Court circuit est une association de bénévoles et qui entend le rester, mais qui ne peut fonctionner que si le nombre de personnes engagées restent proportionnel au nombre global d'adhérents, ou si le temps global de bénévolat reste suffisant pour un tel ensemble.

Une autre question concerne l'engagement des producteur.ices.  Le Collectif Court Circuit a comme objectif principal l'installation de producteure.ices   impliquées dans la défense et l'enrichissement de la biodiversité via leur activité agricole. Comment redonner à cet objectif la priorité qui lui revient ? Comment ne pas devenir uniquement un marché ? Comment faire des adhérents, toutes catégories confondues- producteur.ices et mangeur.eses- des participants actifs de ce projet ?

Ce ne sont pas de petites questions. Elles se déclinent dans des décisions très concrètes et passent aussi par une appropriation d'outils d'analyses complexes pour des personnes dont ce n'est pas le métier, notamment concernant la prise en compte de la biodiversité dans les projets des producteur.ices.

Bref, entre veiller à ce que les producteurs n'oublient pas leurs engagements et le souci que les adhérents prennent conscience du fait que  cette formidable synergie qu'est le Collectif ne pourra pas fonctionner sans leur participation active, le C.A a un peu de taf !

Le C.A ne veut pas délaisser des questions éthiques et écologiques pour  se consacrer à la gestion des dépôts, qui reste un outil essentiel pour le partage d'aliments et d'expériences de vie, de pratiques, de connaissances, etc...

A chacun de jouer !

dimanche 3 novembre 2019

Le montant de la cotisation change !

Le montant de l'adhésion au Collectif change ! A partir de maintenant la cotisation sera de 12 euros par an.

dimanche 29 septembre 2019

6 octobre : manifestation contre le projet de port de Brétignolles

Parce que faire des ports de plaisance dans un contexte d'urgence écologique n'est pas de la plus grande intelligence, parce que ce port va faire disparaître des milieux naturels et des zones agricoles, le Collectif Court-Circuit soutient la lutte contre le projet

Rendez vous à la manifestation du 6 octobre

dimanche 22 septembre 2019

Prochains spectacles agri-culturels (où "quand le spectacle vient à la ferme")

Nos producteurs proposent 2 soirées culturelles à la ferme : 

Le 25 septembre à 20h, Louise et Yannick, maraîchers à Bois de Céné, accueilleront une conférence gesticulée sur le thème de l'adolescence, de l'éducation, de la citoyenneté. Il faut s'inscrire en envoyant un message à Louise














Le 5 octobre à 19h, Ludivine et Fred, éleveurs de vaches maraîchines à Notre-Dame-de-Monts, accueilleront une poète chanteuse. Il faut s'inscrire en envoyant un message à Ludivine
 

dimanche 8 septembre 2019

Marie-Monique Robin à La Roche sur Yon : 13 septembre

Fête une Autre Terre a invité Marie-Monique Robin pour parler de "qu'est-ce qu'on attend", le 13 septembre, au lycée nature de La Roche sur Yon

Pisseurs (involontaires) de glyphosate

Dans le cadre de la campagne "j'ai des pesticides dans mes urines, et toi ?" lancé par le collectif "nos campagnes sans OGM", un groupe de personnes volontaires va faire analyser ses urines prochainement dans le nord ouest Vendée. Prochaine réunion d'information le 12 septembre, à 20h, à la salle municipale de Bois-de-Céné, avant la pisserie du 21 septembre.

dimanche 1 septembre 2019

Fête de la vache maraîchine !

L'écomusée Le Daviaud vous accueille pendant 2 jours, les 7 et 8 septembre, pour la 2e édition de la fête de la vache maraîchine. Les paysans du Collectif et de Gens du Marais et d'Ailleurs y seront pour présenter des animaux, vous faire à manger (bio et local bien sûr), vous servir à boire (pareil), participer aux conférences etc... Nombreuses animations, entrée gratuite.



dimanche 14 juillet 2019

Rendez-vous à St Père en Retz les 20 et 21 juillet 2019

Nos amis de Terres Communes organisent un week-end de résistance contre le projet de surf park à Saint-Père-en-Retz. Ce projet de bassine à surf (alors que la mer est à 10 km, cherchez l'erreur...) grignotera 8 ha de terres agricoles... Alors qu'on en perd déjà en moyenne 53 000 par an en France... Dans un futur proche la France aura tellement consommé d'espace agricole qu'il faudra importer de la nourriture... Par contre on pourra faire du surf dans le bocage, c'est ça qui est chouette !

Pensez à y aller, ou à les soutenir !

dimanche 9 juin 2019

Les prochains évènements festifs

Le Collectif Court-Circuit vous propose :